UMA : toujours une grande frustration

via webmanagercenter
Par Abou SARRA

La conférence sur le rôle du secteur privé dans le développement économique et l’intégration régionale du Maghreb, tenue en grande pompe, les 28 et 29 novembre à Tunis, avec la participation de trois ministres des finances, de cinq gouverneurs des banques centrales maghrébines, du Directeur Général adjoint du FMI, du Président de l’Union maghrébine des employeurs (UME) et des présidents des centrales patronales, s’est achevée sur un sentiment de frustration.

Malgré les efforts déployés pour franchir des pas concrets sur la voie de l’intégration de ce sous espace, l’Union du Maghreb Arabe (UMA) est toujours une profession de foi. C’est du moins, le constat qui s’est dégagé lors d’une conférence de presse tenue, jeudi 29 novembre 2007, à Tunis, par MM.Taoufik Baccar, gouverneur de la Banque centrale, Murilo Portugal directeur général adjoint du FMI,et Hédi Djilani, Président de l’UME.

Le non Maghreb, a-t-on martelé, fait perdre, chaque année, à chaque pays de la région, deux points de croissance qui auraient pu être utilisés, en cette période d’incertitudes et de fractures, pour réduire la pauvreté et le chômage qui a tendance à frapper de plus en plus des « essaims de qualité » : les diplômés du supérieur.

La frustration est encore plus grande lorsqu’on sait que les échanges intra maghrébins représentent à peine 2% de la valeur du commerce extérieur de la région, soit le taux le plus faible qu’enregistre un groupement régional dans le monde. Mention spéciale au passage pour la Tunisie qui fait un peu mieux d’efforts en assurant 7% de ses échanges extérieurs avec les pays du Maghreb.

Pour se donner bonne conscience, la conférence de Tunis, tout comme l’avaient recommandé les conférences tenues à Alger sur la facilitation du commerce (Novembre 2005) et à Rabat sur les Perspectives d’intégration financière dans le Maghreb (Décembre 2006), a plaidé selon les termes de M.Baccar pour un Maghreb « pragmatique » tenant compte des spécificités de chaque pays et proposé une batterie de pistes pour booster, un tant soit peu, l’édifice maghrébin.

Les participants, qui ont débattu deux documents sur le rôle du privé dans la construction du Maghreb, documents élaborés par le FMI et l’UME, ont adopté un plan d’action.

Globalement, Il s’agit de préalables à réunir au niveau institutionnel et au niveau patronal pour accompagner les hommes d’affaires de la région dans leur quête de placements dans la région.

Au plan de l’administration, M.Taoufik Baccar a mis l’accent sur l’effort à fournir pour simplifier, les procédures, réduire les délais, harmoniser les législations et régimes fiscaux, promouvoir la bonne gouvernance et transparence des entreprises, généraliser l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et faciliter l’accès des Pme aux sources de financement.

Au niveau des patronats, l’UME a mis en place un site Web dont l’objectif est de promouvoir des partenariats et des alliances d’affaires entre opérateurs maghrébins. Elle s’est engagée à accompagner de grands projets fédérateurs d’envergure maghrébine, à créer un observatoire chargé de suivre l’évolution de l’investissement et du commerce extérieur au Maghreb, à intensifier les contacts d’ affaires à travers l’organisation de deux manifestations : un Forum annuel des investisseurs maghrébins et des conférences sur le partenariat et l’investissement dans la région.

Toujours au chapitre du secteur privé, l’UME s’est engagée à créer des prix annuels pour les entreprises maghrébines les plus performantes en matière d’intégration et d’innovation, l’organisation de sessions de formation managériale.

Quant au directeur général adjoint du FMI, il estime que le Maghreb doit avant tout rehausser son taux de croissance pour faire reculer le taux de chômage encore élevé et améliorer plus rapidement les niveaux de vie. Il plaide en conséquence pour une accélération de la croissance par la dynamisation de l’investissement privé et de la productivité.

Selon lui, « compte tenu du fait que le secteur public n’offre guère de possibilités pour accroître l’investissement et créer des emplois, un niveau plus élevé d’investissement privé, y compris l’investissement direct étranger aiderait à améliorer la productivité à travers l’apprentissage par la pratique et les transferts des technologies ».

15 Responses to “UMA : toujours une grande frustration”

  1. Une frustration due à un entetement politique faisant fi d’un héritage historique, d’une continuité géographique, d’un entremelement d’intérêts communs et d’un avenir à destinée unique.
    Dommage!

  2. Thanks
    Flash Game

  3. thank you

    verey verey nic

  4. thank you

  5. thank you

    http://www.6kk6.net/

  6. your link

  7. c est a nous cytoiens du maghreb de l éetranger de manifester et exprimer notre desaccord avec les dictatures en place ..il ne faut pas sattendre a du bien
    d’eux …

  8. thankss>>

    http://www.d3m-fny.com/vb

  9. شكورا اوى

  10. U M A..QUELLE DESULLISION..MAUDIT ESPOIR POUR LES PEUPLES MAGHREBINS… notre destin pris en otage par des dirigeants corrompus jusqu a l os..de leurs fenetres voyent partir nos enfants a la derives de la mort qui les attends en mer et aux pays riche(que le mot))europenns les prisons de retentions et la misere totale.c est comment nos dirigeants laches n ont pas d enfants!!!!je me demandes qui estce qu ils ont a la place de leurs coeurs maudits…ils ont pas honte de geres la misere..le chomage..dysfonctionnement partout administratives..politiques..institutionnelles ..LA FERMETURE DES FRONTIERES ET LES BLOCAGES POUR L EPANOUISSEMENT DE CES PEUPLES QUI DEMANDENT UNE SEULE CHOSE.. LA LIBERTEE ET LA LIBRE CIRCULATION DES BIENS ET DES PERSONNES…POURQUOI?VOUS AVEZ CREEZ LA HAINE ..LE SECTARISME..ET RACISME ENTRE FRERES MAGRHEBINS..QUEL EST L INTERET??JE REMET VOTRE JUGEMENT A DIEU LE TOUT PUISSANT POUR VOTRE GESTION NUSIBLE QUI A SEPARE LE FRERE DE SA SOEUR ET VIS VERSA.

  11. merci pour l’article

  12. job information@osaka,kyoto,kobe

  13. Merçi

  14. Le “Maghreb arabe” est construit sur du faux,sur l’exclusion en particulier des peuples amazigh soumis à une entreprise criminelle de dépersonnalisation.En l’absence d’alternatives démocratiques au niveau des états nord-africains,nous sommes condamnés à tourner en rond.En tant qu’autonomiste kabyle,je suis pour l’abolition des frontières,la création d’une monnaie unique,un parlement nord-africain mais dans un cadre laique et démocratique et dans le respect des droits des minorités amazigh dans un système fédéral.La nature anti-démocratique des régimes en place ne plaide hélàs en faveur d’une Afrique du Nord arabo-amazigh libre et démocratique qui peut devenir une puissance régionale réelle en méditerranée et en Afrique.

  15. Bonjour à Tous,

    Pour que le Maghreb avance et puisse se développer, c’est à la population d’agir en conséquence. Rejoignez notre réseau de professionnels pour échanger vos projets.

    Associativement,
    Magh’Change
    Action For Development

Discussion Area - Leave a Comment